PAROLES DE CMM

dimanche 4 octobre 2015

Le bon plan du jour : cupcakes dominical entre copines !

En ce dimanche ensoleillé, nous n'avions qu'une envie, quitter notre fidèle canapé. Nos critères ? Pouvoir bosser dans un endroit simple, mignon, avec wifi si possible et puis surtout un endroit nouveau. Chose faite. Après avoir fait le tour de quelques blogs Lyonnais, notre choix s'est porté sur un jolie coin de paradis, situé 4 rue Romarin près de l'hôtel de ville : Le Laureline's Corner.


Au moment ou je suis en train de vous rédiger ce post, je suis encore entourée de la bonne odeur de cupcakes tout droit sortis du four (mmh! Avouez qu'on vous donne envie :)) et des dizaines de petites tables et chaises années 70 qui rendent l'endroit plus cosy qu'il ne l'est déjà. Kelly est assise à côté de moi en train de trier et préparer les photos que vous vous apprêtez à regarder avec attention j'en suis sûre !

Après avoir snapé tout les coins possibles du salon, une copine s'est joint à nous, (clin d'oeil si tu passes par là Em! ). Si vous êtes comme nous et que vous souhaitez passer un dimanche dans un joli endroit pour prendre le goûter entre copines ou tout simplement travailler dans un cadre différent de celui de chez vous, allez y !
AU MENU : thés, chocolats et cafés en tout genre. Vous pourrez y venir déjeuner, bruncher et surtout goûter les succulents cupcakes. A la carte pour nous aujourd'hui : cupcakes à la vanille et au nutella (oui on a craqué). Tout ça accompagné d'un chocolat frappé pour Emelie et moi et du nectar du jour pour Kelly. Le tout à des prix abordables ! Chouette non ?!

En bref, pour nous il s'agit d'un gros gros top ! En espérant vous y retrouver ! Parce que Kelly et moi y avons, je pense, posé nos valises !  


LAURELINE'S CORNER 
4, rue Romarin
69001 Lyon 
contact@laurelinescorner.fr
09 80 31 70 83


paroles d'IRINA & KELLY

dimanche 20 septembre 2015

On pose les bagages...direction le vide dressing de youtubeuses et blogueuses beauté !

Comme vous l'aurez surement compris, deux membres de la Team CMM sont devenus lyonnaises depuis peu. Et oui, l'appel du large comme on dit ! Nous, Kelly et Irina, avons récemment quitté Montpellier pour de nouvelles perspectives d'avenir mais surtout pour les études. 
Mais ce n'est pas ici le but de cet article, un post arrivera très prochainement concernant nos conseils sur l’emménagement dans une ville inconnue,  nos découvertes lyonnaises et autres bon plans...
 
Bref, à peine les bagages posés, que nous voilà déjà parties en quête de nouvelles aventures. Deux jours après notre installation, nous avons décidé de nous rendre au vide-dressing organisé par des youtubeuses et blogueuses. Parmi les youtubeuses que vous connaissez maintenant, la célèbre Marie alias ENJOYPHOENIX. Qu'on ne se le cache pas, c'est aussi pour elle que nous nous sommes déplacées (et oui vous avez devant vous, ou plutôt devant votre écran deux inconditionnelles de Youtube). D'ailleurs si vous n'y connaissez rien sur le monde de Youtube, nous vous invitons à lire d'abord notre article sur cette Génération Youtube

Samedi 5 septembre - 13h45
Nous arrivons au lieu du rendez vous (Lyon 2e). Quelle surprise quand nous apercevons le monde déjà présent. Une file d'environ 200-300 personnes attendent. Au loin, on aperçoit des jeunes filles au balcon, caméra à la main. Probablement des images d'une future vidéo ?
La file s'avance, et on découvre les trois étages qu'il faudra passer pour arriver enfin au vide dressing. Nous attendons près de 2h avant de pouvoir accéder à la salle où se trouvent youtubeuses, bloggeuses, et vêtements. On peut vous garantir que quand vous attendez autant de temps pour un vide dressing vous ne désirez qu'une chose... repartir avec au moins un vêtement.
Finalement, nous entrons. Dans la première salle se trouvent les partenaires qui proposent smoothies et gourmandises. Puis dans la seconde salle l'ensemble du vide dressing. Nous sommes contentes de voir qu'il reste encore pas mal de choses. Nous commençons alors à faire le tour des stands et à rencontrer des jumelles blogueuses "Jumelle Ln", très sympathiques d'ailleurs. L'occasion pour nous d'échanger avec elles, pendant que nous regardons les jolies choses qu'elles proposent. (On les salue si elles passent par là !)
Après ce petit arrêt, nous allons fouiller du côté du stand de PerfectHonesty (alias Marine) et de ModeusementVotre. Nous n'avons malheureusement pas eu de coup de cœur pour quoi que ce soit, et surtout pas envie d'acheter pour acheter. 
Cela n'a rien à voir avec les vêtements, mais vous comprendrez qu'après tant d'attente, le choix était plus restreint ! 

Après quelques minutes nous rencontrons Anil de la chaîne WARTEK, connu aussi puisque c'est le copain de Marie. Entre deux photos, nous nous permettons à notre tour de lui demander un selfie, auquel chacune de nous a eu droit ! Quel amour cet Anil ! Un petit sourire, le selfie do it himself et c'est un bon souvenir d'immortalisé !



Et puis bon, autant faire d'une pierre deux coups et hop nous allons voir Marie. Entre le nombre de jeunes filles qui lui demandent des photos, et les émotions qui se dégagent d'elles, nous hésitons avant de nous faufiler afin d'échanger deux petits mots et une photo avec l'une de nos youtubeuses favorites. Avec un peu d'audace et sans aucun regret, nous y allons et c'est un instant assez privilégié de quelques minutes, malgré les gens derrière nous, auquel nous avons eu droit. Nous avons en face de nous une jeune fille vraiment accessible, ouverte et avec de la tchatche, elle prend le temps de parler et même de se confier !

En voyant le nombre d'abonnés qui attendent derrière nous, nous clôturons mutuellement notre échange. Notre discussion d'une dizaine de minutes sortie du cadre de Youtube, et pouvant s'apparenter à celles de trois copines, se termine par un selfie et nous repartons... Nous nous éclipsons en souhaitant à Marie, une bonne chance pour son aventure "Danse Avec Les Stars" !


Qu'on se le dise, oui c'était dur d'attendre autant de temps, oui nous en sommes revenues de plus, les mains vides, oui ça peut paraître étrange je vous l'accorde mais après un moment comme celui là ; la découverte d'un très beau quartier de Lyon (Confluence, pour ceux qui connaissent !) et ce beau moment avec Marie, il y a pire comme cadeau d'arrivé non ? ;) 

A bientôt pour de prochaines aventures lyonnaises ! ;)  
paroles d'IRINA & KELLY

mercredi 9 septembre 2015

On a testé pour vous : l'exposition universelle !

Hello tout le le monde ! Il est temps pour nous de faire notre rentrée et de vous poster de nouveaux et nombreux articles ! Comme on vous l'avez expliqué dans ce post : ICI nous avions envie de faire intervenir des personnes extérieures afin qu'elles puissent écrire un article sur le sujet de leur choix. Chose promise, chose due : Violaine, camarade de promo, vous raconte son aventure Milanesque lors de l'exposition universelle ! Bonne lecture... ;) 
 

Je ne suis pas une grande fan des « on a testé pour vous » mais mes ami(e)s de Paroles de CMM m’ont donné l’occasion de me lancer là-dedans, et je les en remercie ! J’ai donc testé pour vous « l’Expo Universelle de Milan » ! Je vous l’accorde on est bien loin de l’univers girly des youtubeuses qui testent des fonds de teint ou des lisseurs à cheveux mais étant plus passionnée de voyages que de produits de beauté c’est un sujet qui me correspondait mieux !

C’est au mois de Juin que j’ai eu la possibilité de partir à Milan à prix réduit, curieuse de nature j’ai cédé aux sirènes de l’Expo milanaise ! Le voyage étant organisé et se faisant en bus, je vous passe bien volontiers les arrêts répétés, les heures de routes et les problèmes d’organisation ! Je tacherai de vous raconter la partie intéressante de cette journée, lorsque j’ai pu quitter mon groupe de touristes pour m’attaquer (enfin) à l’Expo Universelle édition 2015 ! Suivez le guide !


                                   L ’ e x p o    U n i v e r s e l l e  c ’ e s t   q u o i   ?
 
Je dois avouer que j’avais moi-même du mal à saisir au départ le concept de l’expo mais il se trouve que c’est très simple ! C’est un lieu immense sur lequel un grand nombre des pays du monde crée un bâtiment, appelé « pavillon » et à l’intérieur duquel il va faire découvrir sa culture. Chaque expo à une thématique particulière qui va déterminer l’architecture du bâtiment mais aussi bien entendu son contenu ! Pour cette édition 2015, l’accent est mis sur la nourriture, non pas au sens gastronomique du terme mais plutôt sur la pérennisation de la nourriture et l’agriculture locale : « FEEDING THE WORLD, ENERGY FOR LIFE ». En bref, le site officiel l’explique très bien, c’est un évènement impressionnant qui s’étale sur 184 jours entre le 1er Mai et le 31 Octobre, 130 pays y participent. C’est au total 20 millions de visiteurs qui sont attendus sur un site d’un million de mètres carrés ! 

                                                                       A  s a v o i r  !
 
La première chose à savoir si vous désirez vous rendre à l’expo c’est qu’il est nécessaire d’y passer au moins deux jours pour avoir le temps de profiter de chaque pavillon et des activités proposées. Il vous faut donc un point de chute, je conseille vivement le camping ou les logements éloignés de l’exposition pour des raisons évidentes de prix. Si vous avez des moyens au-dessus des miens (ce que je vous souhaite!), de nombreux hôtels à Milan et ses alentours peuvent vous recevoir et vous garantir un accès rapide grâce aux transports en commun.
Mais les frais ne s’arrêtent pas là puisque l’entrée de l’exposition est payante ! S’il faut compter 39 € pour un jour, le site internet vous permet d’acheter un ticket pour deux jours consécutifs (57€) ou un carnet de deux ou trois tickets (72 à 105€) à utiliser quand vous le souhaitez ! Pour plus de tranquillité et des prix légèrement plus bas pensez à commander vos billets sur internet ils vous seront ensuite envoyer !
Enfin prévoyez un budget restauration, l’exposition c’est aussi l’occasion de tester les coutumes gastronomiques de chaque pays !
Pour ce qui est des transports, la SNCF propose des billets pour Milan à des prix raisonnables, c’est sans doute le bon plan pour ne pas payer le parking, le tunnel du Fréjus (pour les savoyards comme moi) et les autoroutes !


                                                              M o n   e x p è r i e n c e

 
Je suis personnellement restée une journée à Milan et mon seul regret et de ne pas avoir pu y passer plus de temps puisque je n’ai visité que 40% de l’exposition ! En jeune novice j’ai erré au hasard de pavillon en pavillon avant de comprendre que la clé d’une bonne visite résidait dans l’organisation ! Je ne dis pas qu’il faut tout planifier mais il est judicieux de visiter certains pavillons à des horaires stratégiques ! La Chine, l’Italie, le Qatar ou le Kazakhstan sont des pavillons très demandés il ne faut donc pas hésiter à les visiter tôt le matin ou en fin de journée. Au-delà de ces 4 pays-là, d’autres valent également la peine comme la France (Chauvine moi ? Jamais !), la Corée, l’Angola, le Brésil… Cette liste n’est pas exhaustive puisque je n’ai pas visité tous les pavillons, ce ne sont que des conseils. Le plus simple pour la suite étant de faire confiance à votre instinct, de toute façon aucun des bâtiments ne vous laissera indifférents ! 

A noter tout de même qu’en raison des évènements tragiques qui ont touché le Népal dernièrement, le pavillon népalais est construit mais vide, personne au mois de Juin lors de ma visite n’en savait plus sur la possible remédiation à cette situation avant le mois d’octobre.
Au final, est-ce que ça vaut vraiment la peine ?
Oui, oui et oui ! Si vous êtes ouverts sur le monde, que les coutumes et traditions des pays étrangers vous intéressent, si vous êtes passionnés d’architecture ou si vous êtes un curieux de nature il faut vous rendre à Milan si vous en avez l’occasion. Si lorsqu’elles ont vu le jour, les expositions avaient souvent lieux en France, il devient rare maintenant qu’elles posent leurs bagages en Europe. L’Italie étant un pays frontaliers, il serait donc dommage de ne pas en profiter !
Les pays présents ont majoritairement joué le jeu de se plier à la thématique de cette année, ce qui fait de cette exposition universelle 2015 un rendez-vous très enrichissant sans pour autant être trop intellectuel ou très scolaire. C’est avant tout de la bonne humeur, beaucoup de découverte et la sensation grisante de voyager sans quitter le sol italien.


 Retrouvez dès maintenant Violaine sur les réseaux sociaux : 

Son twitter : @ViolaineRey 
 
paroles de VIOLAINE

mercredi 24 juin 2015

INTERVIEW : Etre jeune et faire de la politique ? C'est possible !



 

NOM : AUBIN 
PRÉNOM : ELLIOTT
AGE : 21 ANS 
FONCTION : Maire Adjoint du 1er arrondissement de Lyon
                       Conseiller national du Parti de Gauche
                       Étudiant en Lettres






------------------------------------------------------------------
U n  p e u  p l u s  s u r  E l l i o t t  A U B I N
 ------------------------------------------------------------------

Bonjour! Est-ce qu'on a la parole d'Elliott AUBIN ?
- Paroles d'Elliott Aubin !

Te décrire en 1 mot c’est possible ?
- Bonne question !

Pourquoi avoir accepté cette interview ?
- Pour parler politique!
 
De quelle manière est née ta passion pour la politique ?  Comment es-tu entré en politique ? 
- Plusieurs facteurs entrent en jeu. Une éducation dans une famille culturellement de gauche, un parcours scolaire dans l'école publique gratuite et laïque de la République, des rencontres, des indignations, des engagements, des luttes, des lectures, des campagnes …
 
Tu partages donc des valeurs communes avec Robert Badinter ? Est-ce ton modèle ?  
- J'ai découvert, Robert Badinter au travers de ses récits autobiographiques, à la suite d'un stage dans un cabinet d'avocat en 3ème. Et, je me suis pris de passion pour le combat qu'il a mené, c'est vrai. Grâce à lui, j'ai compris que l'outil « du politique » permettait de changer le monde. Donc effectivement, ce qu'il représente a été très influent dans mon engagement, bon après de là à me comparer à une groupie. J'ai eu la chance de le rencontrer récemment et de le lui dire. Même si pourtant, je ne partage pas toutes ses prises de positions. 

Comment expliquer ton rôle en tant qu'adjoint au maire ?
- Un élu d'arrondissement, c'est un élu, avant tout, de proximité et de terrain. Certains voudraient nous cantonner à un rôle de "guichetier" local, mais l'ambition affichée par l'équipe municipale dans laquelle je suis va bien au-delà d'une simple « gestion courante » basique. Et on a réussit en un an, à avancer sur l'aspect "gouvernance" de notre plan de mandat avec la création d'un conseil d'arrondissement des enfants, un observatoire des discriminations etc ... En parallèle de ça, avec nos services, on a effectué un long travail pour se dégager des marges de manœuvres nous permettant en quelque sorte d'aller au delà de nos compétences. Aujourd'hui, grâce au lien permanent qu'on entretient avec les habitants depuis la campagne, on a une réelle confiance dans nos futures grandes réalisations. 
 
Comment t'es tu préparé à ce rôle ? N'as tu pas douté de ta capacité à assumer ce statut vis à vis de ton jeune âge ?
- Ça s'est fait plutôt naturellement. Lyonnais depuis toujours, militant sur le terrain, et comme on a voulu constituer une liste à l'image de l'arrondissement, un arrondissement où résident énormément d'étudiants et de jeunes travailleurs, ma candidature semblait cohérente, et le résultat nous l'a prouvé.
 
Est-ce que tu as autant de crédibilité que les anciens déjà bien installés en politique ?
- La crédibilité ne se joue pas sur une question d'âge mais bel et bien sur une question de compétences et là-dessus, il n'y a que le travail qui compte !

Avec un statut comme le tien, comment ça se passe avec les jeunes de ton âge ?
- C'est à eux qu'il faut demander ! Pour moi, rien a changé, sauf la masse de travail peut être..

Peut on avoir une vie normale d'étudiant lambda quand on a de telles responsabilités ?
- Soirées et responsabilités ne sont pas incompatibles ! Au contraire ;)

Finalement, pourquoi avoir choisi d'étudier les lettres appliquées ? Dans quel objectif ?
- Passionné de littérature et de philosophie, j'ai la chance de pouvoir suivre des études qui me plaisent !


------------------------------------------------------------------
L a  p o l i t i q u e  e t  E l l i o t  A U B I N
 ------------------------------------------------------------------

Quel est l'homme politique du moment avec lequel tu partages le plus de « valeurs » ?
- Et pourquoi pas une femme ?
  
Plutôt Marine Lepen ou Nicolas Sarkozy ?
- Je vote blanc.

Si je te dis Valérie Trierweiler, qu’as-tu à me répondre ?
- Elle a été la première cam de France, cette mauvaise drogue dont les médias dépendent !

Vois-tu la politique comme un domaine accessible à tous ou simplement comme une vocation ?
- Par essence (polis = ville), la politique est affaire de tous, donc même si on fait le choix de ne pas s'y intéresser, elle, en permanence s’intéresse à nous et agit sur notre quotidien.

J'ai du mal avec ces notions de « vocation », de « don » … Le talent, c'est d'abord du travail !
 
Dans deux ans auront lieu les prochaines élections présidentielles, qu'as tu pensé jusque là du mandat de François Hollande ?
- Vous connaissez la chanson « Comme un avion sans aile ! » 

Après la diminution de la popularité de la gauche, penses tu que celle-ci a encore des atouts ou doit-elle  penser à redorer son image ? 
- Encore faudrait-il qu'on se mette d'accord sur ce qu'on entend par gauche. Les médias définissent le gouvernement comme un gouvernement de gauche, donc cela voudrait dire qu'avoir comme modèle politique l'austérité de Merkel plutôt que le courage de Tsipras, c'est mener une politique de gauche ?

Maintenant que l'électorat associe ce gouvernement au mot « gauche », on ne peut, nous Front de gauche, se dire de la « vraie gauche » ! Ça n'aurait aucun sens, voilà pourquoi, je pense qu'un retour aux fondamentaux et un travail sur la sémantique sont indispensables. Redéfinir le contour des termes, préférer la pensée à l'immédiateté, la réflexion à la précipitation, encourager le développement des initiatives citoyennes, proposer dans la concertation, renouveler la pratique politique, redonner du sens au mot "socialisme", être à la hauteur de l'enjeu écologique ... Bref, il n'y a pas besoin de s'auto-étiquetter de gauche pour être de gauche à l'inverse de certains qui s'auto-proclament républicain pour palier à un certain complexe ?

En toute sincérité et parce qu’on a ta parole, qui a de réelles chances, selon toi,  d’être élu en 2017 ?
- Je ne l'espère pas mais je crains que ce soit l'abstention.

Que proposerais-tu pour que « le vivre ensemble » soit davantage représenté par la jeunesse, pour que cette jeunesse aie plus de pouvoir dans la société à l'échelle locale ou nationale? Aujourd'hui bon nombre de jeunes ne croient plus en la politique, qu'aurais-tu à leur répondre ?
- La jeunesse ? C'est quoi ? Une période de la vie ? Jusqu'à quand ? Une classe sociale ?

Les "jeunes" ne croient plus en un système institutionnel et politique dépassé, peut-être. Qu'il y ait une résignation et un dégoût, je le conçois. Mais le débat politique, lui, qu'il soit virtuel sur les réseaux sociaux ou plus houleux sur le comptoir d'un bar reste ancré dans la culture et le patrimoine de notre pays. Assumons une citoyenneté active et responsable ! Si je me suis présenté à ces élections et si j'ai cherché à occupé des responsabilités, comme de nombreux autres jeunes, exemple d'Andréa Kotarac (26 ans et candidat aux régionales) c'est aussi pour montrer que les nouvelles générations sont légitimes à apporter des propositions et des réflexions qui vont dans l'intérêt de l'organisation de la cité. L'immobilisme n'a jamais rien prouvé.

                             
------------------------------------------------------------------
F i n a l e m e n t,
 ------------------------------------------------------------------

Quelle est le rêve et l'objectif d'un jeune homme, quand on s'appelle Elliott Aubin et qu'on est adjoint au maire du premier arrondissement de Lyon ?
- Que la République soit !

Dans 10 ans toujours dans la politique ?
- Difficile à  répondre à cette question ...

Penses-tu nous avoir convaincu à porter plus d’importance à la politique ?
- Y a intérêt, j'ai même des cartes d'adhésion à vous proposer là !

On inverse les rôles, une question pour nous ?
- Apéro ? Non plus sérieusement, qu'avez vous pensez du débat sur les liens médias/politique avec R. Dati, Reymond et Guiral ? 

Notre réponse : Quand tu veux pour l'apéro! Et très sincèrement, nous avons beaucoup aimé ce débat. C'était une très belle occasion pour nous de voir une confrontation politique VS politique, et politique VS journaliste sur le traitement médiatique

Un mot pour terminer ?  
- Merci pour cette interview et je souhaite une belle continuation à "Paroles de CMM" ! A bientôt !


Retrouvez dès maintenant Elliott sur les réseaux sociaux :  




paroles d'IRINA & KELLY
 

mercredi 17 juin 2015

Quand "Touche pas à mon poste" se transforme en "Touche pas à mon buzz"

Vous le savez, Touche pas à mon poste ! également connu sous l'acronyme "TPMP" est une émission de télévision française produite par H2O Productions et diffusée sur D8.
A l'origine, Touche pas à mon poste ! était diffusé le jeudi en seconde partie de soirée sur France 4 vers 22h40 (puis rediffusé les trois jours suivants) dès le 1er avril 2010. Puis elle fut transférée sur D8 à partir d'octobre 2012.
Du lundi au jeudi, l'émission est présentée en direct par Cyril Hanouna à 18h45, et par Julien Courbet le vendredi à la même heure, l'émission étant pré-enregistrée.
Le talk-show compte pour le moment six saisons, dont trois sur D8.
Ce qui semble dorénavant moins évident, c'est que cette émission est supposée être consacrée à l'actualité de la télévision et des médias. Le principe de cette dernière est le suivant : voir ou revoir les images marquantes de la semaine écoulée, dans un rythme soutenu et qui se veut bon enfant. Cyril Hanouna et son équipe de chroniqueurs proposent, en plus des images qu'il ne fallait pas louper cette semaine, de débattre sur les émissions nouvelles et/ou polémiques, dans des rubriques comme le Je zappe, je mate ou le Vu/pas vu à la télé. On retrouve également depuis peu le Coup de coeur/Coup de gueule relayé un ou deux chroniqueurs autour de la table (le plus souvent Enora Malagré et Gilles Verdez se chargeant du "coup de gueule").À chaque émission, deux ou trois invités parlent de leur actualité et de la télévision qu'ils regardent, viennent pour faire leur promotion, l'occasion pour eux de relever parfois des défis sur le plateau.

Si l'émission connaît de beaux jours, et s'offre une large audience, la question que je me pose c'est : ne va-t-elle pas finir par s'essouffler ? Qu'on se le dise : avec TPMP, on ne sait plus où donner de la tête. Cette émission, c'est un grand fouillis de tout et surtout de n'importe quoi. Cyril Hanouna mène D8 à la baguette, n'en fait qu'à sa tête. La chaîne exauce tous ses caprices, tant que l'animateur rapporte de l'audience. Mais cette audience ne reposerait-elle pas uniquement sur une quête absolue du buzz ? Plusieurs choses me dérangent, et ces pour les raisons qui vont suivre que je ne suis malheureusement plus cette émission, que j'affectionnais bien plus à ses débuts. 

Tout d'abord, le trop grand nombre de pseudo-chroniqueurs me dérangent. Je dis "pseudo", car ces gens n'ont aucun rôle attitré au sein de l'émission, à part peut-être Thierry Moreau (travaillant également pour Télé 7 Jours) qui nous étaye chaque jour les audiences télé. Même Gilles Verdez pourtant co-auteur de nombreux ouvrages portant sur le football, ou encore Christophe Carrière spécialiste du septième art ne mettent pas à l'oeuvre leurs aptitudes. Tout comme les autres, ils ne sont là que pour remplir la table. On se retrouverait presque dans un conte de Grimm, Blanche-Neige et les Sept Nains : on a la jolie fille (Enora Malagré), le séducteur (Jean-Michel Maire), le rigolo de la bande (Jean-Luc Lemoine), la grande-gueule (Gilles Verdez ou "le pigeon"), la bonne poire (Isabelle Morini-Bosc), le "lourdeau" (Thierry Moreau), la gentille (Valérie Benaïm)...
Etre payés à faire les guignols, critiquer sans ménagement leurs confrères, et relever des défis avec des boulettes de viande dans les mains, on ne peut pas dire que leur job soit difficile. Il me semble d'ailleurs osé que ces derniers puissent se prétendre "chroniqueurs". Cette année, Cyril Hanouna, le "Pôle Emploi des effacés du paysage audiovisuel", a fait fort niveau embauches : Nabilla Benattia, La Fouine, Issa Doumbia, Caroline Ithurbide, Nathalie Marquay-Pernaut et j'en passe. Les chroniqueurs tournent comme dans un moulin dans cette émission. Qu'ont-ils apporté de plus à l'émission ? Pas plus que du décor agrémenté de buzz.


Ensuite, les primes time à répétition me gênent tout autant. La quotidienne de Touche Pas à Mon Poste étant déjà omniprésente toute la semaine (et les émissions s'éternisant de plus en plus sous le bon vouloir de Monsieur Hanouna), D8 pousse le bouchon un peu trop loin en nous proposant des primes presque tous les mois, basés sur des thèmes ridicules leur servant d'excuse pour alimenter l'audience de la chaîne. Surtout que c'est toujours la même chose : les "chroniqueurs" relèvent des défis plus ridicules les uns que les autres, et ce tout le long de l'émission, ne craignant pas d'entacher leur réputation. Cyril Hanouna jouit de son statut de boss pour les manipuler comme des marionnettes, tel un gosse avec ses jouets.
Enfin, venons-en au moment le plus gênant de l'émission : celui où Cyril Hanouna reçoit des invités de renommée internationale. On l'aura compris, il n'était pas très scolaire, et est loin de maîtriser l'anglais. L'élève Ducobu du PAF interpelle ses invités de manière impolie, sans gêne, avec un franglais plus que pitoyable (cf Vanessa Hudgens, Nicole Scherzinger, Lenny Kravitz etc). Ces derniers étant là pour faire leur promotion feindront l'amusement, mais on sent à chaque fois qu'ils ne sont pas à l'aise face à celui qui amuse la galerie mieux que quiconque. Je pense que Cyril Hanouna se sentant privilégié et surtout à l’abri, abuse de son pouvoir et se permet d'adopter un comportement que ses collègues sur les autres chaînes ne pourraient imiter.
Le mentor de l'émission en fait trop : hypocrite, il veut nous faire croire qu'il est proche de ses invités, avec des embrassades exagérées, des "on les embrasse" à répétition. Certes il se veut également proche de son public, mais rien ne l'oblige à faire des promesses qu'il ne tiendra pas, comme offrir des pizzas ou une part de son salaire aux "fanzouzes" comme il les appelle.

En bref, lassée de Touche Pas à Mon Poste, je préfère brancher ma télévision sur des émissions qui m'apporteront autre chose du divertissement chaotique, et de réelles informations médiatiques. Et je ne peux que comprendre le départ de Gérard Louvin...
                                                                                 
paroles de MELISSA

mardi 9 juin 2015

Recettes : épatez vos amis !

On associe souvent la vie étudiante à la mal-bouffe, le manque de temps et d'argent. Aujourd'hui, nous revenons pour vous prouver le contraire.  Pourquoi être étudiants ne rimerait t-il pas avec cuisine équilibrée et prix arrangeants ?
Et oui, vous allez enfin pouvoir épater vos amis / famille / amoureux / coloc, et tout ça à moindre coûts sans se casser la tête. Voici sans plus tarder 2 recettes saines que l'on a réalisé pour vous.

----------------------------------------------------------------

P L A T  : Ratatouille avec de la viande,  le tout mit dans des verrines de riz 
et des pommes de terre cuites au four.
 
Pour ce plat, rien de compliqué en la matière mais l'inconvénient premier et d'y consacrer du temps !
Pour cette recette, il m'a fallu un peu plus d'une heure. Vous vous demandez pourquoi ? C'est tout simplement la cuisson des légumes qui prennent beaucoup de temps à mijoter afin que les légumes soient bien mijotés et qu'ils prennent bien goût de la sauce.

Ce plat est constitué de deux parties : la cuisson des légumes et la cuisson des pommes de terre et du riz.
 

1) Commencez par couper tous vos légumes en petit cubes. Alors en ce qui me concerne, j'ai choisi de prendre tout ce que je pouvais trouver dans le frigo en essayant le plus possible de me rapprocher de la recette de la ratatouille. Il y a donc des tomates, des courgettes, des carottes, des aubergines.. des brocolis et même un concombre ! (L'heure est à l'essai...)
Ensuite je prépare mes deux grosses pommes de terres que je vais par la suite couper en deux. Comptez une grosse pomme de terre/personne.

2) Ensuite, j'ai mis dans une poêle un peu d'huile d'olive avec un peu d'eau et une cube Maggi que j'ai commencé à faire chauffer à feu doux. La quantité d'eau est infime. Elle permet d'accélérer la cuisson des légumes tout évitant de les faire griller. Elle permet aussi de ne pas rajouter trop d'huile et avec le Maggi cube cela donne un pré-gout à votre sauce.

3) Ensuite j'ai inséré mes carottes, mes brocolis, mes courgettes puis je n'ai rajouté qu'après les avoir fait cuire à part, les aubergines et enfin en dernier les tomates. Vous pouvez y insérer des poivrons bien sûr ! (nous n'en avions plus sous la main)
**La cuisson des aubergines se fait à part pendant 15 min dans de l'huile d'olives.

4) N'oubliez pas d'assaisonner à votre convenance en laissant cuire à feux doux les légumes. Pour cela moi j'ai mis un peu de sel, de l'oignon, de l'ail.. un peu de curry en poudre.. par exemple.
5) En laissant reposer les légumes, j'ai eu envie d'inclure de la viande hachée ! Mais comme nous sommes étudiantes et que parfois vie étudiante rime avec système D et que nous n'avons pas tous les ingrédients sous la main, alors on innove un peu !
Pour cela j'ai fait précuire un steak haché que j'ai coupé en petits cubes puis que j'ai fait fondre à la cuisson des légumes.

6) Pendant ce temps, revenons à nos pommes de terres et notre riz.
Pour le riz (15 min) : Dans une première casserole, vous mettez de l'eau avec la quantité de riz que vous désirez. Vous faites chauffer jusqu'à ébullition pour que le riz gonfle puis vous réduisez le feu pendant une 5/6 min. Laissez ensuite reposer 5 min supplémentaires avant de l'égoutter et votre riz est prêt !

Pour les pommes de terres (20 min): Après les avoir épluché, lavé, il faut les couper en deux puis les évider à l'aide d'une cuillère. **Les évider, veut dire faire un petit creux à l'intérieur de la pomme de terre.
Ensuite, nous les mettons au four pendant le temps nécessaire afin qu'elles dorent et le tour est joué !

Pour le reste, il ne reste plus qu'à inclure la viande dans les pommes de terre pour qu'elles soient farcies, ajouter le riz et la poêlée dans les verrines, faire une petite présentation et voilà comment on obtient ce petit plat !


D E S S E R T : Smoothie fraise-fruit rouges/cannelle


Après avoir coupé vos fraises et décongelé vos fruits rouges, il vous suffira de tout mettre dans un blender. (Si vous n'avez que des fraises ce n'est pas grave)

Ajoutez du fromage blanc (ou un pot entier yaourt nature ) , un peu de jus de raisin. Blendez le tout.

Après avoir goûté, à vous de juger s'il est  nécessaire de rajouter du sucre ou pas. Personnellement j'en ai rajouté parce que ça n'était pas assez sucré à mon goût.   

Pour terminer, saupoudrez légèrement de cannelle pour apporter un peu de peps à la recette. 

Une belle présentation plus tard, le tour est joué !



Voilà un bon petit repas, qui prend certes un peu de temps mais qui n'est pas compliqué ! Après avoir fait tout ça, le plaisir est garanti et il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter un 
BON APPÉTIT ! 
paroles d'IRINA & KELLY

mercredi 8 avril 2015

Concilier études et boulot : c'est possible.


Vous en aviez rêvé, et ça y est : vous avez enfin quitté le cocon familial. 
Si pour certains études riment avec liberté et soirées illimitées, pour d'autres, elles riment plus avec indépendance, autonomie et galère financière. Qu'on se le dise : notre génération Y est très touchée par la crise économique, et mener un train de vie correct est une problématique de plus en plus complexe. Nos parents auront bon nous répéter que nous sommes la génération "feignante", c'est faux. Nous sommes face à une économie désastreuse, où tous les prix augmentent. Le monde du travail est bouché, il nous faut mener à bout des années et des années d'études pour espérer trouver l'emploi rêvé, et éviter de se retrouver serveur à bac+8.

Alors comment aller jusqu'au bout de ses rêves, quand papa-maman ne sont pas là pour assurer derrière ? Comment gérer cette nouvelle vie à 100 à l'heure ?
La solution semble évidente : trouver un job étudiant. Seulement voilà, de nombreuses études ont démontré que les étudiants qui travaillent à temps partiel ont un taux de réussite plus faible que les autres. De quoi en décourager plus d'un... Mais il ne faut pas faire de ces cas une généralité, vous allez voir qu'il est possible de tirer son épingle du jeu. Mener sa vie à bien, c'est tout un art, ça s'apprend. 



Mode d'emploi du couche tard/lève tôt
1) Soyez assidus et attentifs en cours, cela vous permettra un gain de temps considérable sur vos révisions à la maison. Privilégiez le travail à la bibliothèque universitaire pendant vos heures de pause entre deux cours.
2) Évitez les soirées la veille d'une grosse journée de cours et de boulot, sinon votre rythme de vie risque de vite devenir infernal, et votre santé en pâtira.
3) Anticipez sur les examens à venir, les dossiers importants que vous avez à rendre. Prenez-y vous à l'avance, cela évitera d'avoir une surcharge de travail d'un coup, et de ne plus savoir où donner de la tête.
4) Après une bonne grosse journée de cours et de travail, couchez vous le plus tôt possible. Ne passez pas le reste de la soirée/de la nuit devant des écrans, il n'y a rien de tel pour perturber votre sommeil (qui est très important quand on mène un style de vie effréné). 
5) Prenez un petit déjeuner consistant, c'est le repas le plus important de la journée. Favorisez les jus de fruits et/ou le kiwi qui vous apporteront une dose d'énergie nécessaire pour la journée qui vous attend.
6) Pour les tâches quotidiennes, comme le ménage et les courses, organisez-vous, faîtes un planning. Si vous vivez en colocation, répartissez les tâches avec votre colocataire. Si vous n'arrivez pas à tout faire d'un coup, faîtes-en un petit peu toutes les semaines, entre deux cours ou deux heures de travail. Lorsque vous avez un peu plus de temps libre que d'habitude, faîtes de grosses courses, cela vous évitera d'y retourner pendant un bon bout de temps.
7) N'oubliez pas de décompresser, une sortie une fois par semaine ou toutes les deux semaines ne vous fera pas de mal. Il ne faut surtout pas que vous en oubliez votre vie sociale, qui est primordiale pour maintenir votre motivation.
8) Voyez le bon côté des choses, prenez tout ça comme une expérience enrichissante, qui vous rendra plus fort, plus mature, plus autonome, et vous apportera des qualités de gestion non négligeables. Vous pourrez être fiers de vous si vous réussissez à concilier tant bien que mal études et boulot.
9) Pendant votre temps de transport, écoutez de la musique entraînante, qui vous boostera. Un remède simple et efficace.
10) Si vous mettez du cœur à l'ouvrage, l'exercice sera moins contraignant.


                                                                                               paroles de MELISSA

Témoignages 

Je m'appelle Julien, j'ai 19 ans et cela va bientôt faire un an que je travaille dans un hôpital. Je suis "employé en service hospitalier", je m'occupe de l'entretien des locaux, et je m'occupe également du service des repas aux patients. Je fais entre 15 et 20h par semaine, parfois plus. en parallèle je suis en deuxième année de licence Sciences du Langage pour devenir journaliste plus tard. C'est vrai que mes journées sont bien remplies et que mes deux activités me demandent beaucoup d'organisation, mais concilier études et job étudiant n'est pas si compliqué quand on est déterminé et motivé.
On n'a qu'une jeunesse, alors je pense qu'il est important de se réserver des plages horaires dans la semaine pour voir ses amis, et profiter de sa vie étudiante. Votre job étudiant ne doit pas être un frein à votre vie sociale. Ménagez-vous.

___________________________________

Je m'appelle Kelly, j'ai 21 ans et je suis également étudiante en deuxième année Science du langage parcours CMM. Depuis que j'ai quitté le lycée, j'ai toujours voulu pratiquer une activité professionnelle ou à but professionnelle quitte à ce qu'elle soit en parallèle des études. C'était important pour moi de faire mes propres expériences. Au début c'est jamais évident, il faut prendre ses repères, s'organiser, gérer sa vie d'adulte. On est confronté à des problèmes auxquels on n'imaginait pas quelques mois auparavant. Mais on se dit que si des millions d'étudiants l'ont fait, alors pourquoi pas moi ? Et puis on repousse les limites de soi-même, on grandit, et on se rend compte que lorsque l'on est un peu raisonnable et lucide, gérer les deux est possible. Raisonnable et organisé ce sont les mots clés. Ne pas partir dans un travail qui consacrera trop d'heures car la priorité reste les études, mais assez pour qu'en s'organisant ce soit possible. Attention à ne pas se sentir débordé et à bien gérer les priorités. Si au début du semestre, il y a un passage compliqué, et qu'après ça va mieux, le moment de partiel reste le plus compliqué pour moi. Il faut gérer les révisions, le bouclage des dossiers, stress de l'examen, sans que le travail n'en pâtisse. Travailler c'est faire des sacrifices, et souvent sur son petit confort personnel. Cela implique pleins de problématiques mais croyez-moi qu'au final, vous n'en ressortirez que grandit. 

mercredi 1 avril 2015

Augmentation mammaire à 19 ans : et pourquoi pas ?

A tout juste 19 ans, celle que nous appellerons Anaïs pour des raisons d'anonymat vient de passer d'un bonnet A à un bonnet C.
Anaïs est une amie de longue date, elle a accepté que je la suive dans cette aventure de chirurgie esthétique. Elle m'a fait partager ses peurs, ses angoisses, ses espoirs, et elle a également accepté de répondre à mes questions. Témoignage.

C'est à Toulouse que commence notre périple d'un jour, nous sommes le Mardi 10 Février 2015 et c'est aujourd'hui qu'Anaïs va se faire poser ses implants mammaires. Il est 7h, la responsable des admissions de la clinique nous accueille, fait remplir à mon amie la paperasse administrative et nous dirige dans la chambre. Nous sommes dans l'unité de chirurgie ambulatoire, les patients rentrent le matin et ressortent le soir, sans passer de nuit à l'hôpital.

Une douche de Bétadine plus tard, nous y sommes, le chirurgien rentre dans la chambre, et demande à Anaïs d'enlever sa chemise de nuit pour dessiner au marqueur sur sa poitrine les endroits où il va inciser. Dans notre cas les incisions se feront sous le sein, pour que les cicatrices ne soient pas visibles. A noter qu'il existe également une technique d'augmentation mammaire par le téton, ou par l'aisselle, selon le chirurgien.


Anaïs est très angoissée. Pour la détendre, l'infirmière lui donne un décontractant musculaire. Puis une fois le cathéter fixé, c'est parti : direction l'opération.

Je ne suis pas autorisé à suivre mon amie au bloc, commence alors pour moi une longue matinée d'attente.

Une centaine de parties de Candy Crush plus tard, mon téléphone sonne : c'est le chirurgien qui m'informe que l'opération s'est bien passée et qu'Anaïs est en salle de réveil.

Quelques minutes après, le brancardier arrive dans la chambre, ma copine est encore un peu dans les vapes à cause de la morphine injectée en post-opération pour atténuer les douleurs. Mais l'essentiel est là : elle est en vie, souriante, et heureuse d'avoir enfin réalisé cette opération qu'elle voulait faire depuis longtemps.

En effet, Anaïs a toujours été complexée par ses seins, et ce, depuis le début de la puberté. Elle voyait toutes les filles autour d'elle passer du stade de cerise à clémentine, puis melon, voire pastèques pour certaines, alors qu'elle restait inexorablement au rang de bourgeon. Les années ont passé, et l'idée d'avoir une poitrine plus généreuse a fait son petit bout de chemin.
Depuis l'âge de 15 ans sa décision était prise : "dès que je serai majeure et que j'aurai réuni assez d'argent, je passe à l'acte". C'est tout naturellement cette année qu'elle a pris rendez-vous avec un chirurgien esthétique. Il l'a tout de suite mis en confiance et lui a expliqué toutes les démarches administratives à réaliser. Au total, sa nouvelle paire de seins lui est revenue à 3200 euros ce qui correspond à la rémunération du chirurgien et aux frais de clinique.

Après 4-5 jours difficiles de convalescence, Anaïs a pu reprendre le cours normal de sa vie, et enfin mettre des robes décolletées, puisqu'elle arbore désormais un joli bonnet C.

Si vous hésitez encore à vous lancer et que vous désirez de plus amples informations, n'hésitez pas à nous contacter via le compte Twitter ou la page Facebook du blog, c'est avec plaisir que je répondrais à vos interrogations.

paroles de JULIEN

dimanche 29 mars 2015

"C'est décidé, lundi : reprise du sport" ! : les arguments et les conseils pour une bonne reprise

L'été approche mais les bonnes résolutions, elles, n'ont pas de saison. Elles sont valables toute l'année ! En ce moment on se dit toutes et tous la même chose "Lundi, c'est décidé, reprise du sport !". On achète un peu de matos, on s'inscrit dans une salle si on peut/veut ou on choisi un training 100%maison avec le poids du corps... Bref, c'est décidé d'une manière ou d'une autre, il est temps de faire bouger ce corps. 
Loin, très loin d'être une fille mince j'ai toujours été sportive. En tant que petite sportive qui se respecte, j'ai pensé qu'il pouvait être sympa de vous donner mes conseils pour une reprise ou vous donner mes arguments pour reprendre et quelque soit votre morphologie. Si vous êtes curieux et pas encore tranché sur le sujet, lisez la suite de cet article. 


 Premier argument : Le sport n'est pas que pour les autres !



Que vous n'ayez jamais fait de sport, que vous en fassiez une fois tous les 36 du mois ou que vous repreniez, vous êtes tous et toutes capables de faire du sport de manière régulière. A votre rythme certes (on est tous différents), mais la règle numéro 1 est de se dire : "Ce n'est pas parce que le sport n'est pas une nécessité qu'il ne peut pas être un grand passe temps".
Que vous ayez un emploi du temps très chargé ou libre, il n'a pas besoin de vous prendre beaucoup de temps pour être efficace, juste un peu d'envie. Il vous le rendra bien. 

Argument numéro 2 :  "Le sport ? Une perte de temps, je préfère regarder la télé, aller sur Facebook ! " FAUX.

Ne jamais se dire que le sport est du temps de perdu. Une demi-heure de moins devant les réseaux sociaux = une demi heure de plus a prendre soin de soi et de manière concrète ! Vous êtes capable de "chiller" (ne rien faire) devant Facebook pendant 30 minutes sans considérer que c'est une perte de temps ? Alors le temps n'est qu'une excuse (Paroles d'une fille qui s'en trouve souvent).
Dans la même idée, qu'il pleuve, qu'il soit tard, ne négligez pas un entraînement. Un entraînement de 20 minutes vaut mieux que rien du tout !

N'oubliez pas, vous êtes maître de votre vie, avec un peu d'organisation, tout est possible !



Argument numéro 3 : La quantité ne fait pas la qualité. Sport ne rime pas avec abus !

Privilégiez le "peu et tous les jours, ou tous les trois jours, que beaucoup et une fois par semaine". 
Sachez doser et écouter votre corps. Rien ne sert de le maltraiter. L'important est d'être régulier et raisonnable. C'est ce qui vous encouragera le plus à continuer car vous aurez l'impression de ne pas être au bout de vos limites à chaque entraînement et vous sentirez très vite vos progrès. 

Argument numéro 4 : Variez vos activités pour y prendre goût

Évitez de courir 6 jours sur 7 en pensant que ça sera plus efficace, c'est faux. Bien sûr que la course est très bénéfique mais courir tous les jours est très déconseillé et surtout pour une reprise, c'est le meilleur moyen de vous dégoûter !
Allez y progressivement..courez une fois puis deux fois, puis trois fois par semaine maximum et le reste du temps, faites du renforcement musculaire ! C'est essentiel. 
Cela vous permettra de mieux tenir le "choc" lors de vos footings, de muscler le reste du corps tout en laissant reposer les jambes un ou deux jours. 
Si vous n'avez pas de programme ou n'êtes pas une grande ou un grand connaisseur dans le domaine, n'hésitez pas à suivre quelques vidéos YouTube réalisées par des professionnels ! 

Argument numéro 5 : écouter son corps

Avec le sport vous allez apprendre à écouter votre corps. Dissocier votre esprit du corps. Imaginez que votre corps est un être vivant que vous apprenez sans cesse à connaître et qu'il est votre responsabilité. Lorsque vous courez si votre mental veut en faire beaucoup et que votre corps est au bout, ne forcez pas, écoutez-le. C'est lui la clé de votre entraînement
En revanche il faut savoir dissocier : effort et épuisement. Un corps en effort inhabituel ne vous fera pas comprendra la même information qu'un corps surentraîné. Un langage que vous apprendrez avec le temps !
Un esprit sain et un corps sain = très bonne recette !

Argument numéro 6 : courir à son rythme, c'est progresser de manière la plus efficace ! 

Quelques astuces pour les débutants coureurs avant de reprendre. Il est difficile de savoir quelle est notre bonne allure. On cherche sur internet, lit sur des forums, on essaie de comprendre ce que veut dire "VMA", on essaie d'évaluer avec ce qu'on connait de nous.. Pas de panique !
La première chose à faire est de commencer à courir lentement : souvenez-vous, la course n'est pas l'ennemi de la marche. Un trajet que vous faîtes en marchant vous pourrez toujours le faire en courant si et seulement si vous le faites à votre rythme. 


Deux astuces : Parler et éventuellement le chewing-gum. 

Parler ? Pourquoi? Parler est un excellent moyen de connaitre votre rythme. Grâce au fait que parler sollicite votre souffle et ce de manière régulière vous serez obliger de courir à l'allure qui sera la vôtre. Parler en courant n'est pas plus difficile que de parler en marchant. Au contraire, c'est un très bon instrument. Dès que vous sentez qu'enchaîner trois phrases est trop épuisant, ralentissez, c'est que vous allez trop vite. Au contraire si vous sentez que parler n'est pas difficile pour vous, c'est que vous êtes au bon rythme, continuez et gardez le !
Le chewing-gum ? C'est un instrument avec lequel il faut faire attention ! C'est tout ou rien ! Soit il vous aide, soit au contraire pas du tout.  Mais en ce qui me concerne, comme le fait de parler, il m'aide à réguler ma respiration. J'inspire, j'expire, j'inspire, j'expire. Il n'y a pas de retenu et toujours le même rythme. (Dites-moi dans les commentaires si cela marche ou pas avec vous..)


Argument numéro 7 : Le sport à plusieurs oui, mais le sport seul c'est bien aussi !

Faire du sport entre amis est une très bonne idée pour se motiver quand on a un coup de mou et pour partager un moment ! Cependant pensez aussi à privilégier des entraînements où vous êtes seuls. Non, ce n'est pas un conseil d’égoïste, loin de là ! La raison est simple : Tout le monde a une endurance qui lui est propre, un métabolisme aussi, et donc s'entraîner seul(e) vous permettra de n'être influencé(e) par personne. Une personne qui a une meilleur endurance que vous ira plus vite, inconsciemment vous irez toujours plus vite que si vous étiez seul(e), à l'inverse, une personne qui a moins d'endurance que vous peut faire que vous ne pourriez pas courir à votre rythme.
Pour cela je vous encourage à alterner, entraînement seul et collectif mais pour des raisons différentes ! Ce sera donc à vous de juger si ça en vaut la peine ou non. ;) 

Argument numéro 8 : Le sport aide aussi à vous donner des buts et à les respecter.

Faire du sport est une hygiène de vie et quand vous constaterez les résultats, cela vous motivera à faire attention à votre alimentation et tout un tas d'autres choses car vous prendrez de plus en plus confiance en vous et en vos atoûts ! N'étant pas une fille mince du tout, je suis consciente que malgré mes rondeurs, j'ai des parties du corps très musclées ! Souvenez-vous, il vaut mieux être ronde et musclée que ronde et pas musclée du tout parce qu'on juge que c'est peine perdue.  Ne vous dîtes jamais que ça ne sert à rien. 

Pour celles et ceux qui le voudront je ferai un article prochainement sur quelques exercices que je peux vous conseiller, avec un rythme de travail, et je partagerai aussi mes vidéos préférées sur Internet pour m’entraîner ! 

Une règle d'or à ne pas oublier et qui peut vous aider dans vos choix de parcours : Il vaut mieux courir longtemps et plus doucement, que rapide et moins longtemps ! C'est une chose que l'on a du vous répéter sans cesse mais c'est V.E.R.I.D.I.Q.U.E

Petit conseil personnel : si jamais vous vous découragez, dîtes vous cette phrase : Je n'ai peut-être pas atteint mon objectif aujourd'hui, mais j'en suis plus proche qu'hier.. A méditer.. 

C'est décidé, vous reprenez lundi ? Dites-le moi dans les commentaires.

paroles de KELLY